Roland qui ?

Publié le par Frantz Vaillant



---------Qui, aujourd'hui, en 2005, connaît Roland ?

J'aborde l'année 1992. La fin de la biographie approche. Reste  5  années. La mort de son père Abram, de son ami Henri Xhonneux, autant de fissures terribles dans cette  vie pas ordinaire. Désormais,  le moral va jouer les montagnes russes. Et le wagon va se décrocher, en avril 97...
 Je me pose la question. Quels sont les gens qui apprécient l'oeuvre de Roland ? Quel âge ont-ils, ces admirateurs silencieux ?  Son public, aujourd'hui, est-il seulement composé d'étudiants au Beaux-Arts ? D'initiés ? Comment font-ils pour se procurer ses ouvrages ? Ses livres sont introuvables à la Fnac ou ailleurs. Il faut compter sur l'érudition d'un bouquiniste, peut-être sur un bibliothecaire en région qui aura eu l'intelligence d'acheter ses livres dès leurs mises en vente... Il y a aussi   les sites d'enchères en ligne, type e-bay, pour trouver les bouquins.  Ces fameux sites où la spéculation va bon train...mais tout le monde ne peut enchérir..  De plus, aucun musée en France n'a daigné acheter un de ses tableaux....Ce qui laisse songeur sur la myopie, sinon la connerie de nos "spécialistes artistiques"...
Comment faire ?

On me dit : "Il y a les DVDs de Téléchat !" Bien sur... Tout de même, cela fait court pour partir à l'assault d'une oeuvre pareille...
La biographie parue, comment feront les gens pour fouiller en Toporland ? 
A quand une réédition complète de ses oeuvres ?
 

Publié dans toporetmoi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nicolas Esprime 20/08/2009 16:18

J'avais 3 ans quand les Mémoires d'un vieux cons ont été publiées. Lorsqu'en mars 2004 j'ai vu l'affiche de L'Hiver sous la table, pensant à François détexte Topor, je me suis dit, tiens, il n'a pas écrit que des chansons. Plus tard j'ai constaté que depuis 1997 je buvais du Marcel Lapierre. Tous mes chemins mènent à Topor.

leo nemo 17/05/2008 16:56

je viens de découvrir votre site je le mets en lien

Cea DesaxE 26/12/2005 17:32

Fervent dévot au culte du grand Topor, c'est avec une assiduité toute particulière que je récite mon psaume de la 23ème minute de La planête sauvage, que je médite régulièrement sur une exégèse possible de la princesse Angine, et que Suzanne m'implore de lui tirer un portrait bète comme ses pieds...Un culte à un des  plus anti-dogmatique artiste contemporain. Le virus Topor se propage, même à seize ans et doté malgré moi d'une ribambelle conséquente de barrières anti-virales grises et dystoporiques...Antivirus Lycée, étudions ZolaAntivirus Fnac, Topor ? C'est du new-age ou du post-gothic ?Antivirus antivirus, la grande épidémie ne laissera derrière elle qu'une bonne poignée de cadavres noyés dans le jaune poussin.

juju 11/12/2005 20:28

Vous semblez vous interroger sur l'âge des admirateurs de Topor. J'ai 28 ans et je peux vous dire que toute mon enfance a été nourrie par l'oeuvre de Topor. Le problème est que je l'avais complètement oublié. Je suis tombée sur Portrait en pied de Suzanne à la Fnac. Et là, toute mon enfance m'est revenue en pleine figure. Mon père au volant de sa 4L à qui on demandait sans cesse d'augmenter le volume du radio-K7 pour entendre "la petite fille qui se balançait au fond d'un cendrier" (faut dire qu'écouter des K7 ou plutôt tenter des les écouter en 4L était certainement la plus grande aventure du siècle dernier). Et puis comme le bruit du moteur couvrait quand même les chansons, on les chantait ou plutôt les hurlait. Et là je peux dire que le bruit de la 4L était enfin couvert ... enfin selon mon père...). J'avais aussi oublié Télé-Chat et combien tout cet univers a forgé mon imaginaire d'enfant et même d'adulte. Les dessins de Topor que j'imitais à l'école pendant les séances d'arts plastiques et qui ne semblaient pas être du goût de mes instits avec les critiques que je recevais. Je ne me rendais pas compte du poids de son univers dans mon existence. Ne connaissant de Topor que son oeuvre pour la jeunesse, je suis ravie de constater qu'un tel site existe. J'avais peur d'être déçue de ses oeuvres pour adultes. Mais en fait j'avoue que chaque nouvelle lecture, chaque nouveau dessin, me procurent beaucoup de plaisir. Je me sens en terrain connu. Je retrouve une certaine saveur. Un peu comme l'autre (Proust) avec ses madeleines. J'ai le sentiment de retrouver un vieil ami ou plutôt une de ces personnes qu'on idéalise quand on est enfant. Cet adulte qui ne mesure pas à quel point un mot, une attention particulière, gravent notre mémoire d'enfant et qu'un vulgaire livre de poche trouvé à la Fnac peut faire ressurgir

acedia 30/11/2005 00:54

Pour ma part j'ai decouvert topor grace un ami qui par hasard trouva un dvd de la planete sauvage en Thailande .....
C'est tout dire de la facilité d'accés.