Extrait biographie

Publié le par Frantz Vaillant

(....) Roland, cependant,  ne cesse de dessiner.
Les idées lui viennent naturellement. Un vrai gisement ! Au point de prendre l’habitude de les coucher, en vrac, sur des carnets qui, désormais,  ne le quitteront plus. Il y consigne tout : ses rendez-vous, numéros de téléphone, pensées, projets etc.

Chaque page est occupée par une note ou un dessin. Plus d’espace disponible.
Roland, en effet, « croque » tout : passants, paysages, amis, repas d’anniversaire.
 L’œil semble relié à la main, qui dessine tout ce que capte le regard.
Aucun gribouillage. Le trait est sûr, plein de vie.  L’émotion affleure, la poésie est partout. Les mots sont là, ils habillent parfois les dessins.

Se rend-t-il à la montagne ?
Il note : « Les skieurs. Ils grouillent sur la neige comme une colonie de poux dans les cheveux blancs d’un vieux savon... »
 
Mélancolique ? : « Les morts n’ont pas de ligne de vie, ils n’ont qu’une ligne d’oubli... » 
Après une soirée arrosée ? : « L’Alka Setzer, c’est pas mal, mais quel bruit ! »
En famille ? : « Opération du poulet à four ouvert ! »
Après l’amour ? : « Le plaisir, c’est un bonheur repus qui fait la sieste"


Publié dans toporetmoi

Commenter cet article